Numéro
J. Phys. IV France
Volume 124, Mai 2005
Page(s) 61 - 67
DOI https://doi.org/10.1051/jp4:2005124010


J. Phys. IV France 124 (2005) 61-67

DOI: 10.1051/jp4:2005124010

Qualité des eaux de la station de traitement de la ville de Skikda, Algérie Essais d'optimisation de la clarification

B. Meghzili1, M.S. Medjram1 and S. Achour2

1  Laboratoire de Recherche, LARMACS, Université de Skikda, Algérie
2  Laboratoire de Recherche, LARHYSS, Université de Biskra, Algérie


Résumé
A cause de la sécheresse qui a sévit durant une décennie, la station de traitement de l'eau potable de la ville de Skikda - Algérie, en vue de combler le déficit en eau, utilise un mélange des eaux de surface (barrage) et des eaux souterraines (forage). Les résultats des analyses physico-chimiques de ces eaux montrent la présence de micropolluants, notamment le mercure, avec une concentration de 0.035 mg/l pour les eaux de surface et une concentration de 0.02 mg/l pour les eaux souterraines. Ces résultats obtenus, montrent également que la concentration en matières organiques dépasse, pour les deux sources, les normes OMS. Afin de réduire les effets de cette pollution, nous avons calculé les doses nécessaires des différents réactifs utilisés sur la base des essais d'optimisation réalisés en laboratoire. Les résultats obtenus nous ont permis de conclure que les doses de 30 à 60 mg/l de sulfate d'aluminium (S.A) sont nécessaires à une bonne élimination de la turbidité et des matières organiques (M.O) et que l'utilisation du charbon active en poudre (C.A.P) permet la réduction de la teneur en mercure au dessous du seuil admissible. L'utilisation d'un adjuvant (chaux vive) permet d'améliorer les résultats surtout pour la turbidité (4 mg/l). Une préchloration au break point semble intéressante pour améliorer la phase de floculation.



© EDP Sciences 2005