EDP Sciences Journals List
Free access
Issue J. Phys. IV France
Volume 103, février 2003
Page(s) 359 - 390
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jp4:200300016



J. Phys. IV France
103 (2003) 359
DOI: 10.1051/jp4:200300016

La diffraction des neutrons et des rayons X pour l'étude structurale des liquides et des verres

H.E. Fischer1, P.S. Salmon2 and A.C. Barnes3

1  LURE, bâtiment 209d, Centre Universitaire Paris-Sud, BP. 34, 91898 Orsay cedex, France
2  Department of Physics, University of Bath, Bath BA2 7AY, U.K.
3  H.H. Wills Physics Laboratory, University of Bristol, Bristol BS8 1TL, U.K.

Résumé
La compréhension de mainte propriété physique d'un verre ou d'un liquide nécessite la connaissance des facteurs de structure partiels (PSFs) qui décrivent chacun la distribution d'une espèce atomique autour d'une autre. La technique de diffraction des neutrons avec substitution isotopique (NDIS) [1,2,3], ayant bien réussi a déterminer les PSFs de certains composés [4,5], est pourtant restreinte aux isotopes présentant un contraste suffisant en longueur de diffusion. D'un autre cote, la technique de diffusion anomale des rayons X (AXS ou AXD) [6] permet de faire varier la longueur de diffusion d'une espèce atomique pourvu que son énergie d'absorption soit à la fois accessible et suffisamment élevée pour donner un assez grand transfert du moment. La combinaison des techniques de diffraction des neutrons (avec ou sans substitution isotopique) et de diffraction des rayons X (avec ou sans diffusion anomale) peut donc permettre d'obtenir un meilleur contraste en longueurs de diffusion pour un système donné, mais exige une analyse de données plus soignée pour pouvoir bien tenir compte des erreurs systématiques qui sont différentes pour les 2 techniques [7]. Pour les atomes ayant des distributions électroniques quasi-sphériques, e.g. dans le cas d'un alliage liquide, la combinaison des techniques de NDIS et de diffraction des rayons X s'est déjà montrée très avantageuse pour la détermination des PSFs [8,9]. Dans le cas des verres ayant d'importantes liaisons covalentes, l'effective combinaison des 2 techniques peut être moins directe mais facilitée lorsqu'il s'agit des atomes de grand Z [10,11]. Nous présentons ici un sommaire du méthode et quelques exemples des résultats.



© EDP Sciences 2003