Numéro
J. Phys. IV France
Volume 02, Numéro C1, Avril 1992
Deuxième Congrès Français d'Acoustique / Second French Conference on Acoustics
Page(s) C1-343 - C1-346
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jp4:1992174
Deuxième Congrès Français d'Acoustique / Second French Conference on Acoustics

J. Phys. IV France 02 (1992) C1-343-C1-346

DOI: 10.1051/jp4:1992174

INTELLIGIBILITÉ DE LA PAROLE EN CHAMBRE SOURDE - INFLUENCE DU DIFFUSEUR

A.L. RANDRIANARISON and C. LEGROS

Laboratoire d'Acoustique, de Métrologie et d'Instrumentation, 38 rue des 36 Ponts, F-31400 Toulouse, France


Résumé
On considère une situation courante où un système de sonorisation (constitué en bout de chaîne par des enceintes acoustiques) diffuse des messages de parole dans des locaux particulièrement bruyants. L'objectif des recherches est d'optimiser, grâce à une forme de régression, les scores d'intelligibilité en un point du local pour chaque valeur du rapport signal-sur-bruit. Certains coefficients (Q et N) associés à ce modèle mathématique sont analysés selon que l'on se trouve dans des salles réverbérantes de volumes très variables ou en chambre sourde. Dans cette dernière catégorie de local, d'autres types d'expérimentations sont menés afin d'étudier l'influence du diffuseur sur les coefficients. Il apparaît que le coefficient Q dépendrait en partie de l'enceinte considérée sans qu'il soit pour autant indépendant du paramètre N. Les résultats présentés ici sont ceux d'une série d'expérimentations où un bruit blanc est utilisé comme bruit de masque. Le signal de parole est constitué de listes de mots de trois phonèmes de la langue française (listes de mots phonétiquement équilibrées et non nécessairement pourvues de signification).


Abstract
The following situation is considered : a sonorisation system, ending by loudspeakers radiating speech signals in particularly noisy rooms. The aim of the study is to optimize, thanks to a mathematical regression form, the speech intelligibility, at each point, for each value of the signal-to-noise ratio. Coefficients (Q and N) associated to this model are investigated, according to reverberant and anechoïc chamber. In this last type of local, other experiences are driven for examining loudspeaker effect on the Q-N parameters. It appears that Q-coefficient depends on the used baffle without being uncorrelated with N. Results are shown for series of experiences where a white-noise is the masking-signal. The speech signals are french lists of Phonetically-Balanced, trisyllabic and not necessary significant words.



© EDP Sciences 1992