Numéro
J. Phys. IV France
Volume 02, Numéro C1, Avril 1992
Deuxième Congrès Français d'Acoustique / Second French Conference on Acoustics
Page(s) C1-265 - C1-268
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jp4:1992156
Deuxième Congrès Français d'Acoustique / Second French Conference on Acoustics

J. Phys. IV France 02 (1992) C1-265-C1-268

DOI: 10.1051/jp4:1992156

SOME BINAURAL FACTORS IN AUDITORY DEPTH ESTIMATION

R.W. GATEHOUSE, D. WORLING and G.D. CAINE

Department of Psychology, University of Guelph, Guelph, Ontario N1G 2W1, Canada


Abstract
Two studies using the Gatehouse (1983) paradigm for depth estimation were done. In study I, two "normals", 2 binaurally - and, 2 monaurally - impaired hearers attempted to align 1.0 or 4.0 kHz comparison (Co) tones with a 2.0 kHz fixed position standard (Std). Subjects with binuaral hearing-impairments were not much poorer at accurately estimating depth than were monaural or "normal" hearers. The most salient cue to accuracy seemed to be the initial distance (IP ; indicative of signal intensities) that the Co was set away from the observer, and from the Std's position, rather than the signals' frequency content. In study II, nine "normal" hearers did the task with signals respectively that were WN as Co and a 1.0 KHz tone as Std, or vice versa. The total Co to Std. distances involved were reduced to 2m. Ss did the task under three conditions : 1) usual sagittal plane entry ; or oriented so that signals entry was to their, 2) right (R90) or 3) left ears (L90). Results showed that accuracy under sagittal entry, where presumably binaural cues are minimized, was as good as with left or right ear entries. Unlike Our earlier studies, intensity was not (unequivocally) the major cue involved because interactions were observed with both Co content and movement directions. Perhaps WN takes on masking roles with effects that differ as signals are moved closer together.


Résumé
Deux expériences fondées sur la méthode de Gatehouse (1983) permettant une reconnaissance la gravité de son ont été réalisées. Dans numéro UN, deux sujets "normaux", deux déficients unilatéraux, et deux déficients auditifs bilatéraux, essayèrent de mettre à niveau 1.0 ou 4.0kHz une ton comparison (Co) avec une position standard (Std) fixée de 2.0kHz. En ce qui concerne l'exactitude dans l'estimation de la gravité, les déficients bilatéraux n'eurent pas beaucoup plus de difficultés que les autres sujets. Le facteur pertinent dans la précision semble être la distance initiale (i.e. IP, indicateur de l'intensité du son) Co était fixé loin des sujets et la position et de la standard, plutôt qu'en rapport avec la gamme des fréquences des sons. Dans numéro DEUX, neuf sujets "normaux" travaillèrent sur des tons qui étaient respectivement WN pour Co et 1.0 kHz en std., ou vice-versa. Ces sujets accomplirent l'exercice dans trois conditions d'écoute suivantes : 1) entrée en plan sagittal ; ou orientée 2) oreille droite (R90) ; 3) oreille gauche (L90). Les résultats montrèrent que l'exactitude sous entrée sagittal ou les facteurs bilatéraux sont présumés réduits au minimum, était aussi bonne que sous les autres entrée orientée. Contrairement à nos précédents travaux, incontestablement, l'intensité n'a pas joué le rôle principal car on a observé des interactions significatives tant un plan du Co qu'an plan des directions des mouvements (positif ou négatif) effectués pour la mise à niveau des signaux. Le WN jouerait peut-être le rôle de masque dont les effets différeraient en fonction des mouvements de rapprochement des signaux entre eux.



© EDP Sciences 1992