Numéro
J. Phys. IV France
Volume 01, Numéro C3, Octobre 1991
DYMAT 1991 - 3rd International Conference on Mechanical and Physical Behaviour of Materials under Dynamic Loading
Page(s) C3-447 - C3-452
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jp4:1991363
DYMAT 1991 - 3rd International Conference on Mechanical and Physical Behaviour of Materials under Dynamic Loading

J. Phys. IV France 01 (1991) C3-447-C3-452

DOI: 10.1051/jp4:1991363

ÉTUDE EXPÉRIMENTALE DU RALENTISSEMENT DANS LES GAZ DE L'ÉJECTION DE MATIÈRE INDUITE PAR CHOC

C. REMIOT, P. ELIAS, P. CHAPRON et M. MONDOT

Commissariat à l'Énergie Atomique, Centre d'Études de Vaujours-Moronvilliers, BP. 7, F-77181 Courtry, France


Résumé
Nous décrivons une méthode expérimentale utilisant simultanément la radiographie X-éclair et la caméra ultra-rapide à image intégrale en ombroscopie dans le but d'étudier le ralentissement de l'éjection de matière induite par choc dans un gaz dense situé en avant de la surface libre. Les expériences ont été réalisées avec de l'étain choqué à 40 GPa par un générateur explosif d'onde plane ou à 16 GPa avec un générateur explosif à relèvement latéral et à différents gaz (argon, azote, hélium) à différentes pressions initiales (de 0 à 0,8 MPa). Avec l'argon, nous notons un ralentissement important des particules éjectées et quelquefois un arrêt (quelques microsecondes après le débouché du choc dans le gaz), qui dépend directement de la pression initiale de l'argon. L'azote, entraîne un ralentissement moins important que l'argon et l'hélium, n'a aucune influence sur le déplacement des particules éjectées.


Abstract
We describe an experimental technique using both flash X-Ray radiography and ultra-high speed framing camera shadowgraphy in order to study the slowing down of shock-induced matter ejection appearing when a dense gaz is put ahead the sample free surface. Experiments have been achieved with tin shocked at 40 GPa by an explosive plane wave generator or at 16 GPa by an explosive lateral wave generator and different gas (argon, nitrogen, helium) at different initial pressures (from 0 to 0.8 MPa). With argon gas, we show up a drastic slowing down of the ejected particles and, sometimes, a quick stopping (a few microseconds after shock bursts into the gas), which directly depends on the argon initial pressure. Nitrogen induces a slowing down less strong than argon, and helium has no influence on the ejected particle motion.



© EDP Sciences 1991