Numéro
J. Phys. IV France
Volume 01, Numéro C1, Mars 1991
Third Atomic Data Workshop
Page(s) C1-157 - C1-167
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jp4:1991119
Third Atomic Data Workshop

J. Phys. IV France 01 (1991) C1-157-C1-167

DOI: 10.1051/jp4:1991119

ATOMIC DATA FOR OPACITY CALCULATIONS : THE H, He AND Li SEQUENCES, Fe VIII AND Fe VII

H.E. SARAPH

University College London, GB-London WC1E 6BT, Great-Britain


Résumé
Pour le calcul des opacités stellaires on a besoin des données atomiques pour toutes les transitions dipolaires permises des éléments d'abondance significative dans l'atmosphère stellaire. Les erreurs sur ces données atomiques devraient être moins de 10%. Ce critère pouvait être atteint par des méthodes théoriques qui tiennent compte explicitement des corrélations électroniques, par l'exploitation de techniques numériques efficaces, par l'optimisation des programmes d'ordinateur, et par une collaboration internationale des physiciens motivés. Les données pour les séquences isoélectroniques de H, He et Li ont été publiées et cet article discute leurs mérites. Les données fiables pour les ions du fer sont particulièrement rares car difficilement calculables. Cet article discute les premiers résultats pour Fe VIII et pour Fe VII obtenu par la méthode du 'close-coupling' en incluant les configurations qui contributent d'une manière significative à la description des corrélations électroniques. Quelques résultats sont donnés pour y illustrer.


Abstract
The calculation of stellar opacities requires atomic data for all dipole allowed transitions in elements of significant stellar abundance. Errors associated with these atomic data should be less than 10%. This goal could be achieved by the use of theoretical methods that account explicitly for electron correlation, by the exploitation of efficient numerical techniques, by optimisation of computer codes, and by an international collaboration of dedicated scientists. Data for the H-, He- and Li- isoelectronic sequences have been published and this paper discusses their merits. Reliable data for iron ions are particularly scarce as they are very difficult to calculate. This paper discusses the first close-coupling calculations for Fe VIII and Fe VII that include the configurations and terms that contribute most to electron correlation. Some illustrative results are given.



© EDP Sciences 1991